La qualité de l’air intérieur et les Français

Share

On se préoccupe beaucoup de la pollution de l’air extérieur mais qu’en est-il de la qualité de l’air intérieur ? Les yeux qui piquent, le nez qui coule, la gorge qui gratte… Et si c’était la peinture, ou les produits ménagers qui vous irritaient ? Sommes-nous suffisamment bien informés ?

 

La qualité de l'air intérieur

 

D’après un sondage réalisé en février 2018 par OpinionWay pour la startup TEQOYA, 78 % des Français ne se préoccupent pas de la qualité de l’air qu’ils respirent au travail ou à l’école. En fait, ils sont surtout inquiets par l’air pollué dans les bâtiments de santé et les transports. En effet l’air des hôpitaux est chargé de bactéries mais ces lieux sont devenus une préoccupation croissante depuis quelques années. Ainsi nous passons en moyenne, plus de 80% de notre temps enfermés, alors respirons-nous de l’air sain ?

 

Des études montrent que l’air intérieur est 8 fois plus pollué que l’air extérieur et cette dégradation est devenue un enjeu majeur de santé publique. D’ailleurs, depuis 2013, elle fait partie des priorités de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail. Selon une étude de l’ANSES, la pollution de l’air intérieur ferait près de 20 000 morts en France. C’est dans les années 1970 que l’on commence à s’en inquiéter, en effet l’amiante fait de nombreuses victimes qui meurent de fibroses pulmonaires ou de cancers broncho-pulmonaires en inhalant les fibres.

 

 

L’air intérieur de nos habitations

En ce qui concerne le lieu d’habitation, 9 français sur 10 aèrent leur intérieur, mais est-ce suffisant ? La pollution est totalement invisible et provient de sources très variées. De fait, la poussière et les poils de nos petits compagnons à quatre pattes ne sont pas les seuls coupables.

Les polluants chimiques, comme le monoxyde de carbone, sont particulièrement dangereux. Le plomb dans les vieilles canalisations ou encore les solvants ou les hydrocarbures le sont tout autant. Des particules toxiques se trouvent également dans le chanvre et la laine de verre. Mais l’humidité peut être aussi un facteur de pollution ainsi que la fumée de tabac. Sans oublier la plupart des produits d’entretien, les parfums d’intérieur, les sprays assainissants… Et les gaz radioactifs comme le radon qui est devenu la deuxième cause de mortalité du cancer du poumon après le tabagisme…

 

 

Faire de bons choix

Nous avons donc tous un rôle important sur la qualité de l’air intérieur. Tout d’abord, aérons au maximum nos intérieurs, choisissons de préférence des peintures biologiques, vérifions les bouches d’aération… Avons-nous réellement besoin de tous ces produits toxiques, dangereux, chers et mauvais pour l’environnement ?

Aujourd’hui le développement des bâtiments à haute performance environnementale et énergétique pose un double défi : diminuer les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, notamment en limitant les déperditions liées à la ventilation, tout en maintenant une bonne qualité de l’air intérieur.

 

Au fait, avez-vous pensé à la pollution dans votre voiture ? car les polluants restent confinés dans l’habitacle…

 

La qualité de l’air intérieur et ses conséquences sur la santé

Selon l’Observatoire de la Qualité de l’air Intérieur, les Français perdent en moyenne 9 mois d’espérance de vie à cause de l’air pollué dans leurs maisons, jusqu’à 13 mois dans les pays les plus pollués selon l’OMS. De graves maladies peuvent survenir comme les cancers, les maladies respiratoires et on constate une aggravation des maladies cardio-vasculaires… En France, le nombre de personnes allergiques a doublé entre 1980 et 2000 et 3,5 millions de personnes souffrent d’asthme. Des chiffres qui ne peuvent pas laisser indifférents…

 

 

Retrouvez tous les articles du Mag en cliquant sur le lien suivant :http://mag.capkala.fr/

Share
Caroline

(480Articles)

Faire un commentaire

Votre adresse e-mail ne s’affichera pas. Les champs requis sont marqués d’un *